Définition du retable

Ethymologie : Le mot retable vient du latin retro-tabula ce qui signifie derrière la table d' autel.

Définition : «Placé dans le sanctuaire, le retable attire les regards en s'inscrivant dans la perspective de la nef dès l'entrée dans l'église».

André Chastel, 1993

Cette définition montre qu'il y a un lien entre le retable et l'architecture.

Soit le retable est achevé à la fin de la construction de l'église, il est alors en harmonie avec le lieu ; soit il est en réemploi c'est à dire que le retable est récupéré d'une église et plus ou moins adapté dans une autre par la suite, dans ce cas il attire toujours l'oeil mais par contraste.

Le retable peut utiliser plusieurs matériaux, la pierre, la toile, le bois...

L'évolution du retable

Epoque médiévale

A l'époque romane, ce n'est encore qu'un ornement de l'autel sur lequel il est dressé, puis à l'époque gothique, une véritable architecture soumise à l'autel.

Retable époque médiévale
Retable Epoque de la renaissance

Epoque de la Renaissance

De plus en plus présent au niveau architectural tout en intégrant des scènes de la vie des saints ils sont majoritairement constitués de tableaux peints mais aussi de statues.

Epoque baroque

L'époque baroque est fondée sur le développement de la sculpture et des panneaux sculptés marqués par l'animation et la distorsion des formes architecturales. En comparaison avec la Renaissance où les colonnes sont lisses, elles sont torsadées et habillées d'un décor foisonnant à l'époque baroque. Le mouvement et la théâtralité sont deux caractéristiques essentielles de cette période.

Retable Saint Pierre de l'église de Prades