Contexte historique

Le retable de Prades ne peut se comprendre sans prendre conscience du contexte de l'époque.

• CONTEXTE GENERAL :

Le concile de Trente (1545-1563)
Le concile de Trente se réunit à l'initiative du pape Paul III entre 1545 et 1563. Ce concile a pour but de répondre aux attaques des protestants qui convertissent de nombreux fidèles. C'est donc le moment fondateur de la Contre Réforme. Les principales décisions de ce concile sont d'améliorer la formation des prêtres et de réaffirmer les points contestés par les protestants en particulier le culte des saints et de la vierge Marie, le rôle du pape comme chef incontesté de l'Eglise et le nombre de sacrements fixés à 7 (baptême, eucharistie, réconciliation, ordination, mariage, onction des malades) contre 2 chez les protestants (le baptême et la cène).

Le concile de Trente a des conséquences sur l'architecture religieuse. Il faut favoriser :

• le décloisonnement des espaces (enlèvement des jubés) ce qui permet un lien plus étroit entre les fidèles, le prêtre et le sacrement de l'eucharistie.

• une participation plus directe des fidèles à la liturgie (chapelles décloisonnées – processions)

• une architecture centrée sur l'Eucharistie (donc mise en valeur du maître-autel et du tabernacle)

Le plan de l'église St Pierre de Prades correspond à ces nouveaux préceptes : le chœur est séparé de la nef par une balustrade afin que la table d'autel soit visible par tous dans la nef.

• CONTEXTE LOCAL :

Evolution économique.
A la suite du traité des Pyrénées (1659) qui consacre l'annexion du Roussillon à la France , un essor économique vigoureux se produit. Les deux dernières décennies du XVIIe siècle et la première du XVIIIe siècle sont marquées par une forte croissance économique. Le prix des produits agricoles est en hausse ce qui enrichit une population essentiellement rurale. En revanche, l'industrie, en particulier le textile, connaît un grand recul parce qu'elle est privée depuis le Traité des Pyrénées des débouchés sud catalans. En outre, les grandes foires de Pézenas et de Montagnac refusent le drap catalan depuis le XVeme siècle.

Evolution démographique.
La croissance économique s'accompagne d'une forte croissance démographique en Conflent, Cerdagne, Capcir, Roussillon et Vallespir

1701 : 80 369 habitants

1767 : 102 647 habitants

1787 : 143698 habitants


Evolution culturelle.
L'annexion de la Catalogne Nord à la France (1659) est encore récente lors de la construction du retable de Prades, l'influence française peine à se faire sentir d'autant que l'art des retables est à peu près imperméable à celle-ci.

La paix des Pyrénées et le déplacement de la frontière ne ferme pas le Roussilon aux influences méridionales. Joseph Sunyer, grand artiste de la seconde moitié du XVIIe siècle et auteur du retable de l'église St Pierre de Prades est un acteur essentiel du courant artistique baroque catalan.


• LA CONSTRUCTION DE L'EGLISE DE PRADES ET DE SON RETABLE :

L'église :
Au début du XVIIe siècle, les consuls de la ville de Prades décident de construire une nouvelle église sur l'emplacement de l'ancienne église romane. Pour édifier ce nouveau bâtiment, bien plus grand que l'ancien, ils doivent acheter des maisons et des celliers situés sur le futur chantier.

L'emplacement de l'église est délimité par des croix posées par l'évêque d'Elne.

La première pierre est posée par le prêtre Pierre Escape le 20 mai1606.

En 1622 le côté nord fut le premier côté à être bâti, vient ensuite le côté sud (1645-1664).

Le curé Jean Sala bénit la première cloche en février 1659.

Ils édifièrent la façade et la porte en 1668.

Galderich Llenas et Jérôme Vilar posent la dernière pierre le 18 juin 1689, après 80 ans de travaux.


Le retable :
Le retable de l'église de Prades est construit par Joseph Sunyer entre le 1 er janvier 1697 et la semaine du 21 septembre 1699. Son coût s'élève à 475 doubles d'or (ce qui représente environ 70 000 euros actuels). Le sculpteur (Sunyer) touche 6 doubles d'or (environ 900 euros) par mois plus 2 charges de blé et le logement et l'atelier lui sont fournis. Il s'est très certainement entouré d'une équipe nombreuse mais les sources sont muettes à ce sujet.

Il termine son œuvre 4 mois avant la date prévue, le conseil décide alors de lui donner une prime mais il semble qu'il ne l'ait jamais reçue parce que les caisses étaient vides.

Le retable vient donc clore le chantier de l'église. A ce titre, le retable est parfaitement adapté à l'architecture du lieu.